Xavier Beaumartin

La fondation est représentative des terroirs de Saint-Émilion. Pour autant ce n’est pas une association vitivinicole mais une association représentative de notre époque, de la diversité sociologique et (agro)culturelle de Saint-Émilion…

 

Je relie la notion de Terroir à la convergence entre terre, biotope et intervention humaine mais également à la dimension philosophique née de cette convergence. Cette intelligence là fait le terroir d’aujourd’hui et fera le terroir de demain étant entendu que chaque génération a à régler des difficultés et à relever des enjeux propres à son époque.

 

Etre paysan c’est un état d’esprit et pas seulement être une personne, c’est la connaissance d’une terre, de la terre. La vigilance c’est aussi de ne pas simplifier cette question : on ne reconstruira pas des paysans !

 

Terroirs du monde. La proximité de la différence est fondamentalement séduisante, créative.

 

Le vitivinicole ne doit pas être l’axe principal de notre travail. Nos actions ne doivent pas être masquées par le vin. La réflexion à partir de la diversité des terroirs est une approche civilisation que nous revendiquons.

 

Au-delà des productions diverses des terroirs (café, thé, riz, tabac, etc.), il important d’envisager une réflexion fine sur les végétaux, d’initier des projets permettant de travailler sur les espèces indigènes, cépages compris pour des réimplantations avec la connaissance qui est la nôtre aujourd’hui.

 

La Fondation est une vigie par rapport à l’inscription UNESCO. Elle l’est de fait car elle est une autre exposition de ce qui fait cette inscription. Elle est une incarnation physique, éthique de la Juridiction via ses fondateurs et leurs vignobles qui sont autant de pages du récit qui légitime une inscription UNESCO.

 

Xavier Beaumartin,
Château Laroque

Fin 2017, le temps était venu pour moi de réunir des femmes et des hommes qui représenteraient la sociologie actuelle de la juridiction de Saint-Émilion, d’ouvrir ainsi autant de portes d’entrée pour d’autres vignerons sur le territoire. Et en même temps d’accueillir à Saint-Émilion nos amis des terroirs du monde.
Par quoi sont-ils unis ? Leur passion pour le vin, pour leur métier, pour le patrimoine mais aussi par les valeurs de la fondation.

J’étais déjà en relation avec Laroque depuis plusieurs années sur le thème des paysages. Car Laroque, à mes yeux, est un territoire dans le territoire. Ce domaine nous permet une lecture de l’histoire et de la géographie du vignoble sur un temps long mais aussi sur des détails qui font le caractère unique de ce vignoble de Saint-Émilion. C’était donc une évidence que la fondation ne pouvait se faire sans ce domaine et la famille.

Dons & soutiens

5 + 12 =

Partenaires