Alain Vauthier

Le terroir est un mélange du sol, de l’exposition, de la circulation de l’air et de ce que l’homme a fait dessus pour l’améliorer et en tirer le meilleur parti.

 

Les terroirs du monde, un atout : lorsqu’on observe, lors de nos déplacements dans les régions du monde, on revient à chaque fois avec des informations subtiles et utiles. Faire un travail sur le monde avec la Fondation peut, de ce fait, nous éclairer dans l’exercice de nos métiers.

 

La prise en compte du temps long est indispensable pour comprendre la viticulture.
L’unité de mesure, c’est une génération.
L’objectif, c’est produire du raisin. La fin du process, c’est la vendange. Et l’on ne vendange qu’une fois par an quand, par exemple, un cuisinier a deux coups de feux par jour pour apprécier ses choix.
Tout ceux qui travaillent aussi avec l’hémisphère sud font plusieurs vendanges par an. Ils en ressortent avec un regard aiguisé, enrichi.
On peut voir une propriété disparaître après de mauvais choix alors que le terroir était là.

 

Actuellement, le sujet de l’environnement est crucial. La juridiction a toujours été en avance en matière de développement durable, grâce notamment aux associations, mais souvent de manière discrète.

 

Nous devons amener à Saint-Émilion une communication culturelle rattachée à la qualité et à l’histoire du vin.

 

Alain Vauthier,
Château Ausone

Fin 2017, le temps était venu pour moi le temps de réunir des femmes et des hommes qui représenteraient la sociologie actuelle de la juridiction de Saint-Émilion, d’ouvrir ainsi autant de portes d’entrée pour d’autres vignerons sur le territoire. Et en même temps d’accueillir à Saint-Émilion nos amis des terroirs du monde.
Par quoi pouvaient-ils être unis ? Leur passion pour le vin, pour leur métier, pour le patrimoine mais aussi par les valeurs de la fondation ?

Aller parler de ce projet à Alain Vauthier était avant tout un échange sur le fond, sur l’histoire, sur le sens de la démarche. Partir d’une expérience, la sienne, qui a expérimenté à Ausone, 1er historique, pratiquement tous les fondamentaux de la fondation. « Ausone n’est pas seulement un nom qui porte l’aura presque magique que l’on associe aux plus grands vins. Ce château — à Bordeaux Château est synonyme de propriété viticole —  est aussi, dans une certaine mesure, une synthèse du vignoble saint-émilionnais, du triple point de vue de son histoire, de ses caractéristiques géographiques et paysagères, et enfin de son identité sociologique. Mais sans doute faut-il plutôt dire qu’Ausone incarne un vignoble saint-émilionnais hérité, ancré dans l’histoire et dans l’épaisseur d’un territoire — ce vignoble qui, précisément, est ébranlé par les évolutions contemporaine ». Serge Briffaud, administrateur de notre fondation, historien du paysage, Professeur à l’École Nationale d’Architecture et de Paysage de Bordeaux (environnement et territoires).

Dons & soutiens

4 + 10 =

Partenaires