Le Mont Aso (Japon), à l’ordre du jour de la fondation

Le vendredi 7 septembre 2018, la Fondation Terroirs Paysages Culturels a reçu, à l’initiative de notre administrateur Serge Briffaud, deux chercheurs de l’Université de Kumamoto. Ceux-ci travaillent sur l’inscription du Mont Aso au Patrimoine mondial mais pas seulement. Tous deux sont architectes paysagistes mais également ingénieurs hydrologues. La dimension maîtrise de l’eau est en effet une compétence essentielle pour aborder le métier d’aménageur au Japon

L’originalité de cette candidature est d’associer le patrimoine matériel (le Mont Aso) au patrimoine immatériel (le goût) et poser de ce fait la question du lien entre paysages et goûts dans cette demande d’inscription. Cela concerne à la fois les eaux (utilisées pour le Saké) et la race bovine Aka-Hushi plus connue en France sous le nom de wagyü, un patrimoine à elle toute seule !
Contenu et formes

Les pistes de travail qui ont émergé :

les paysages culturels, leur lien avec le goût ;
la question de l’eau qui est consubstantielle à (de) la notion de terroir ;
mais également, car c’est un champ de travail au Japon (collectivité locale), la question de la capacité du paysage à rassembler pour créer ou valoriser une communauté. Comment se sert-on du paysage pour créer ou valoriser cette communauté ?

La collaboration entre nous, sur la base d’un accord cadre pourra prendre plusieurs formes : classique, avec l’accueil d’étudiants stagiaires ou plus liées aux formats de la Fondation ateliers, workshops, masterclass. Prochaine étape : la fondation se rendra à Kumamoto en 2019.

Dons & soutiens

8 + 5 =

Partenaires